Projet pédagogique

Cette année encore, le projet pédagogique de l’IFSI et de l’IFAS est inscrit dans la continuité de nos engagements et de nos responsabilités vis-à-vis des étudiants, des élèves, de nos professions et de nos missions au service de la santé pour tous. Nous maintenons nos exigences vis-à-vis des enseignements requis pour un exercice professionnel que nous voulons fiable et compétent. Nous avons le souci de conduire les étudiants à la maturité nécessaire pour débuter une carrière avec les bases minimum indispensables pour ensuite développer chaque jour, leurs connaissances et leur expertise clinique.

C’est dans le respect des personnes, avec l’humilité que nous appris la vie, que nous accompagnons les futurs professionnels. La bienveillance et l’encouragement, la confiance et l’équilibre, le plaisir au travail et le sens du partage sont au cœur de notre projet. Quelques mots sont encore très présents dans nos approches pédagogiques : il s’agit du confort physique et moral, de l’écoute, de l’attention à autrui et de la citoyenneté pour la satisfaction de chacun.   

Pour construire nos cours et permettre à chaque étudiant de s’enrichir des enseignements ; pour s’assurer des acquisitions de chacun ; pour autoriser certains à s’orienter ailleurs, parce que nos métiers ne sont pas neutres et doivent être pleinement vécus avec la conscience d’une motivation parfaitement clarifiée envers soi-même, de capacités sincères avant tout ? Nous sommes vigilants et disponibles tout au long des études. Nous veillons au maintien des connaissances et à leurs mises à jour et nous actualisons en permanence la pédagogie, en référence aux programmes des études, mais nous voulons également privilégier l’innovation, la créativité, l’esprit d’ouverture et l’implication dans la manière de travailler.

Nous avons maintenant le recul nécessaire pour faire en 2012 les premiers bilans de la réforme des études en soins infirmiers. Le programme des études 2009 a été construit en co-réflexion entre le Ministère de la Santé et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche. Il est bâti avec la volonté de développer et de faciliter les échanges européens. Il répond aussi au référentiel métier et au répertoire des actes professionnels qui permettent l’exercice professionnel infirmier. A l’IFSI, cette année sera la première avec la totalité des promotions en formation selon ce programme.

Les changements de fond que nous notons sont essentiellement ceux du découpage de ce programme, non plus par appareil et par pathologies corrélées, mais par processus, tels que le processus traumatique, obstructif, dégénératif, … Le patient ne doit plus être traité par organes mais bien dans sa globalité physique et psychique, spirituelle. C’est l’analyse des situations qui permet de déterminer les soins. Nous ajoutons que la relation patient-soignant doit être de plus en plus attentive et respectueuse de la personne et de son environnement, de sa volonté et de ses attentes. Le soin ne peut pas être indifférent et stéréotypé, il doit être empathique, dans la compréhension et dans le questionnement. Sa permanence et sa continuité sont encore l’objet de sécurité et de confiance. Ils doivent être confortables et rassurants. Nous travaillons toutes ces notions en partenariat avec les soignants pour que les patients présents et futurs puissent être traités selon les règles professionnelles les plus rigoureuses, les plus actuelles et les mieux adaptées aux situations et aux personnes.

Ce que nous demandons aux étudiants est particulièrement intense et les évaluations sont soutenues et nombreuses (20/an). Nous voulons qu’ils développent le sens d’appartenance au corps professionnel qu’ils ont choisi, qu’ils soient capables d’évolution, de remise en cause, et d’adaptation, mais également qu’ils sachent se positionner, et qu’ils soient fiers de leur formation. C’est à ce prix que nous pourront croire en l’avenir avec espoir. Cette dynamique doit être celle de la génération d’aujourd’hui, celle qui sera là demain pour penser les mots et panser les maux du futur.

Le choix des mots reste si fragile et si précieux pour offrir le meilleur à autrui que nous travaillons régulièrement sur l’intégration des connaissances mais tout autant sur la manière d’être dans des ateliers pratiques. Ceci nous paraît essentiel. Nous y sommes attachés et faisons prendre conscience à chacun de l’image qu’il véhicule envers lui-même et envers autrui, par sa présentation et son comportement, par la parole ou le regard. L’impact d’une relation quelle qu’elle soit sur le bien-être d’autrui est une réalité, sans doute différente d’une personne à une autre, cependant, au cœur de nos métiers. C’est la relation intime avec le patient qui est vécue au quotidien, dans la dignité et la discrétion, mais aussi la relation confraternelle que nous développons au quotidien. En exerçant les métiers d’infirmiers et d’aides-soignants,  nous avons le soin de favoriser le développement des savoirs, mais aussi leur mise en pratique par un partenariat toujours enrichi mutuellement et réciproquement. L’humilité est une des caractéristiques de nos professions corrélée à la force et à l’affirmation de soi, dans le respect de chacun.   L’image de la profession d’infirmière et la reconnaissance de sa place dans la société ne peuvent être traduites dans la société que par la volonté individuelle et collective de nos professions, aujourd’hui au tournant d’une nouvelle ère.

Personnel de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers